Témoignage | DU en santé connectée
-A +A

Philippe Cadic, médecin généraliste

Philippe Cadic, médecin généraliste, présente le projet sur lequel il a travaillé dans le cadre du diplôme universitaire "Enseignement pluridisciplinaire en santé connectée".

Quel est votre parcours professionnel ?

Parallèlement à mes études de médecine dans les années 1990, j'ai fait de l'informatique professionnelle ce qui m'a permis de conjuguer l'une de mes passions et de financer mes études. Je deviens médecin en 2002 et je monte ma SSII (puis une 2nde gérée en simultané) entre 2002 et 2009.

Parallèlement à mon métier, je suis investi dans le milieu associatif et opensource médical : j'y développe des projets en informatique et électronique depuis 2010. Actuellement médecin libéral spécialisé dans le laser dermatologique et les échographies des artères et des veines, j'exerce à Orléans et je suis impliqué dans le développement de projets opensource parasanté.

Qu'est ce qui vous a amené à choisir le DU "Enseignement pluridisciplinaire de santé connectée" ?

Des raisons essentiellement politiques. Il y a 20 ans il n'y avait rien. Il est important de soutenir les initiatives qui permettent de perfectionner les médecins dans les nouvelles technologies puisque le numérique va prendre petit à petit le pas sur l'ancienne pratique.
Il est important que les médecins disposent de la culture technologique pour participer activement à l'évolution de la médecine, sans avoir à subir des choix qu'ils ne comprennent pas toujours. Je l'ai également choisi par curiosité de participer à l'exploration d'une nouvelle frontiere et d'y apporter ma pierre.

Quel est le projet sur lequel vous travaillez ?

Il s'agit de JaneCharlot, un robot opensource qui assiste les professionnels de santé. L'idée est de fournir un robot open source utilisable en avatar téléguidé pour favoriser le télésecrétariat, la téléconsultation et le téléenseignement. Cela présente un intérêt dans la lutte contre les zones sous médicalisées et l'incapacité financière de beaucoup de cabinets médicaux à embaucher des secrétaires physiques. Il est possible avec un avatar de mutualiser les ressources humaines entre plusieurs structures. Le robot peut aussi être un facilitateur de retour à l'emploi virtuel des personnes à mobilité réduite.  
Il s'agit aussi de fournir une plateforme d'étude pour y ajouter des fonctions un peu plus intelligentes. Le modèle opensource permet de s'équiper à peu de frais, les documents techniques opensource permettant de faire des modifications facilement sans être bloqué par des contraintes d'intermédiaires de l'informatiques ou de la robotique. Je souhaite réussir à rassembler une communauté de développeurs pouvant, dans un futur proche, développer des scripts gratuits venant enrichir les fonctionnalités du robot.

Le robot a des fonctions telles que le déplacement télécommandé, la gestion de la voix, du son et de la vidéoconférence. Il posséde également des capteurs LIDAR et un écran tactile pour réagir avec l'usager et collecter des données administratives.

Qu'est ce que le DU vous a apporté dans l'avancée de ce dernier ?

Cela m'a permis de rencontrer des gens de qualité et d'échanger nos points de vus et idées, parfois différents, pour améliorer ainsi l'idée initiale. Le côté multidisciplinaire est également très enrichissant et apporte des éclairages variés sur la santé connectée.